Le cancer de l’estomac

0

Le cancer de l’estomac est le deuxième cancer le plus fréquent dans le monde, comptant environ 10% des cas de cancer.Il a toujours été très fréquent en Asie du sud-est (Japon) et en Europe Centrale.

Depuis environ une quarantaine d’années, on peut constater une régression nette et générale de ce type de cancer en Europe et aux Etats-Unis en particulier en raison des modifications de l’environnement et de l’évolution des habitudes de vie (utilisation du réfrigérateur, augmentation de la consommation de vitamines et amélioration dans le traitement de l’eau).

Les populations à risques et les causes
Les personnes les plus susceptibles de contracter cette pathologie ont pour la plupart une alimentation riche en amidon, faible en gras, en protéines, en fruits et en légumes frais, ces derniers ayant un rôle protecteur.

D’autres produits pourraient aussi être irritants, en particulier le sel, l’alcool et la consommation excessive d’aliments fumés qui contiennent des substances toxiques, les nitrosamines. Une infection due à un germe très particulier, l’Helicobacter pylori est aussi souvent mise en cause.

Les patients les plus courants présentent les caractéristiques suivantes :

  • de sexe masculin,
  • de 60 ans et plus,
  • présence d’antécédents familiaux,
  • anémie chronique,
  • polypes gastriques,
  • gastrites chroniques,
  • ulcères gastriques.

Les symptômes

Au début, le cancer de l’estomac ne provoque que peu de symptômes.De plus les symptômes du cancer de l’estomac ne sont jamais caractéristiques ce qui rend le diagnostic précoce encore plus difficile.Lorsqu’il existe, le symptôme le plus fréquent est une douleur située à la partie haute et médiane du ventre.

Parfois aussi, on peut constater chez le patient un amaigrissement, des vomissements, une baisse des globules rouges appelée anémie provoquant une fatigue, une présence de sang dans les selles rendant les selles noires.

Le diagnostic
C’est l’endoscopie ou fibroscopie qui permet le diagnostic.Cet examen utilise des fibres optiques ou une caméra miniaturisée. Un instrument souple est introduit dans l’œsophage afin d’examiner la cavité de la partie haute du tube digestif.

L’endoscopie permet de détecter les petites tumeurs cancéreuses à un stade précoce, des tumeurs parfois bénignes ou d’autres lésions présentes sur la muqueuse gastrique.Un examen histologique appelé biopsie est également réalisée sur les cellules directement prélevées sur la muqueuse gastrique.

Pour connaître exactement la localisation et l’étendue de la tumeur, on peut parfois, mais rarement maintenant, faire une radiographie de l’estomac à l’aide d’une substance opaque (transit baryté).L’échoendoscopie est un examen hautement spécialisé qui permet d’étudier la paroi en profondeur et de déterminer l’éventuelle présence de ganglions pathologiques.
[retour]

La décision du traitement
Le traitement est arrêté suite à :

  • un examen clinique complet,
  • une radiographie des poumons,
  • un scanner de l’abdomen afin de déceler d’éventuelles métastases au foie ou péritoine,
  • un dosage des marqueurs tumoraux CA 19.9 et ACE et après discussion multidisciplinaire impliquant au minimum le chirurgien et un oncologue médical. .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici