l’examen vise à évaluer

0

le développement, la canceronet.com validation

  • l’efficacité et la rentabilité des outils de diagnostic du cancer colorectal en soins primaires. Méthode Les bases de données électroniques, y compris Medline et Web of Science, ont fait l’objet d’une recherche en mai 2017 (Mise à jour en octobre 2019).
  • Deux examinateurs ont sélectionné indépendamment des titres, des résumés et des textes complets. Des études ont été incluses si elles rapportaient le développement, la validation ou l’exactitude d’un modèle de prédiction, ou évaluaient l’efficacité ou le
  • rapport coût-efficacité d’outils de diagnostic basés sur des modèles de prédiction pour aider la prise de décision du médecin généraliste pour les patients symptomatiques présentant des caractéristiques canceronet.com 

potentiellement indicatives d’un cancer colorectal. L’extraction des données et le risque de biais ont été complétés par un examinateur et vérifiés par un second. Une synthèse narrative a été canceronet.com réalisée. Résultat Onze mille cent treize dossiers ont été examinés et 23

études ont satisfait canceronet.com aux critères

d’inclusion. Vingt-études ont porté sur le développement, la validation et/ou l’exactitude de 13 modèles de prédiction: huit pour le cancer colorectal, cinq pour les zones/types de cancer qui comprennent le cancer colorectal. Les modèles Qcancer étaient généralement les plus performants. Trois études d’impact canceronet.com répondaient aux

  • critères d’inclusion. Deux (un ECR et une étude pré-post) ont évalué des outils basés sur le modèle de prédiction du RAT. La troisième étude a examiné l’impact des pratiques des médecins généralistes ayant accès à RAT ou Qcancer. Bien que l’étude pré-post ait fait
  • état d’une incidence positive des outils sur les résultats, les résultats de L’ECR et de l’enquête transversale n’ont révélé aucune preuve que l’utilisation ou l’accès aux outils étaient associés à de meilleurs résultats. Aucune étude n’a évalué l’efficacité des coûts. Conclusion De nombreux modèles de canceronet.com prédiction ont été développés, mais aucun n’a été
  • entièrement validé. Les preuves démontrant l’amélioration des résultats pour les patients de l’introduction des outils constituent la principale lacune et sont essentielles compte tenu de la classification imparfaite obtenue par tous les outils. Ce besoin est souligné par les

résultats équivoques traitement du cancer du petit nombre

  • d’études d’impact réalisées jusqu’à présent. Examen par les pairs des rapports Fond Le cancer Colorectal est le troisième cancer le plus fréquent et la deuxième cause de décès liés au cancer dans le monde [1]. En traitement du cancer 2014-2016, il y a eu 42 042 nouveaux cas de cancer colorectal au Royaume-Uni, 57% des personnes atteintes de cancer colorectal
  • ayant survécu pendant 10 ans ou plus [2]. La recherche suggère que le pronostic du cancer peut être amélioré en réduisant le temps avant le diagnostic [3], car un diagnostic plus précoce est associé à un stade plus précoce du diagnostic [4] et un traitement plus précoce est associé à une amélioration de la survie [5]. La réduction du
  • temps avant le diagnostic a également le potentiel de réduire la présentation via les admissions en urgence et d’empêcher la survie plus faible associée à cette voie de diagnostic [6]. Un programme traitement du cancer

national de dépistage du cancer existe au sein du National Health Service (NHS) pour le cancer colorectal, et L’Initiative Nationale de sensibilisation et de diagnostic précoce (NAEDI) (pour sensibiliser le public aux signes et symptômes du cancer [7]) vise à améliorer le diagnostic précoce. Cependant, comme de nombreuses personnes passent par

les soins traitement du cancer primaires comme

voie de diagnostic [6], les efforts déployés ici pourraient améliorer la survie au cancer. Le diagnostic de Cancer dans les soins primaires n’est pas simple. Les symptômes du cancer sont couramment observés, mais la plupart du temps ont des origines non cancéreuses [8]. Parmi les personnes renvoyées des soins primaires par le traitement du cancer

  • biais des renvois d’attente de deux semaines (2WW) pour un cancer colorectal suspecté dans des régions D’Angleterre, environ 5 à 8% ont finalement reçu un diagnostic de
  • cancer [9, 10]. Le type et la présence de symptômes peuvent varier considérablement [11] et il n’est pas surprenant que les patients puissent avoir plusieurs consultations chez un médecin généraliste avant d’être référés, en particulier pour les cancers qui
  • présentent des signes et des symptômes moins connus [12]. Ainsi, les outils pour aider à améliorer le diagnostic du cancer dans les soins primaires ont un grand potentiel d’impact sur les diagnostics et les options de traitement subséquentes, menant à de
  • meilleurs résultats pour les patients. Les modèles de prédiction diagnostique combinent plusieurs prédicteurs, tels que les symptômes et les traitement du cancer caractéristiques du patient, pour obtenir le risque de

présence ou Sante d’absence d’une

  • maladie chez un patient individuel [13, 14]. Ces modèles de prédiction peuvent ensuite être utilisés pour développer des outils de diagnostic (comme un calculateur de risque sur un site web ou un tapis de souris contenant des estimations du risque en fonction
  • des caractéristiques) afin d’aider les médecins à estimer les probabilités et d’influencer potentiellement leur prise de décision [14]. Pour évaluer les modèles de prédiction diagnostique, il existe trois étapes importantes, ou types d’études: l’élaboration de
  • modèles de prédiction, la validation du modèle de prédiction et l’évaluation de l’impact des modèles de prédiction dans la Sante  pratique (généralement mis en œuvre comme outils de diagnostic). Les deux premières sont souvent menées dans le cadre de la même étude et sont

généralement évaluées à l’aide Sante  d’un plan de cohorte unique. Ces types d’études sont couramment trouvés dans la littérature de prédiction diagnostique, certaines études rapportant également les résultats d’une validation externe [15]. Pour évaluer l’impact du

modèle de prédiction (troisième étape), des études comparatives sont nécessaires pour évaluer la capacité de l’outil pour guider la gestion des patients. Cependant, très peu de modèles de prédiction diagnostique développés font l’objet d’une évaluation de leur impact clinique [15] ou de leur rapport coût-efficacité. Les outils actuellement disponibles pour les médecins généralistes au Royaume-Uni pour aider au diagnostic du cancer, au-delà des lignes directrices du National Institute for Health and Care Excellence (NICE) pour l’aiguillage présumé du cancer [8], sont basés sur des modèles de prédiction diagnostique et sont intégrés dans les systèmes logiciels des médecins généralistes. 1 L’outil

D’évaluation des Sante  risques

(RAT) développé par Hamilton et ses collègues qui fournit des estimations du risque de cancer pour 17 cancers en fonction des seuls symptômes est intégré à la Vision (INPS), et 2 L’outil Qcancer, qui évalue le risque de 11 cancers en fonction des symptômes et des caractéristiques des patients, ainsi que le risque global de cancer chez les hommes et les femmes, est intégré au Web du SIGD. Il existe des preuves récentes que ces outils sont utilisés dans les soins primaires [16], mais il n’est pas clair si ces outils ont une incidence sur la prise de décision des médecins généralistes et, en fin de compte, sur les résultats

  • des patients. Les revues systématiques Sante  ont examiné l’utilisation de modèles de prédiction du cancer colorectal dans les soins primaires et secondaires [17]. Cependant, plus de recherches dans le milieu des soins primaires avaient été publiées pour le cancer
  • colorectal depuis, nous avons donc cherché Sante  à examiner systématiquement ces preuves. L’objectif de notre examen était d’identifier des rapports sur l’élaboration, la validation ou l’exactitude des modèles de prédiction, ainsi que des données probantes évaluant l’impact (c.-à-d. l’efficacité ou le rapport coût-efficacité) des outils de diagnostic fondés
  • sur les symptômes qui pourraient être utilisés pour éclairer la prise de décision en matière de diagnostic du cancer colorectal dans les soins primaires. Méthode Cet examen systématique a été mené dans le cadre d’un programme plus large d’évaluation des risques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici